La freelance au Japon !

#Travail , #Société

Qu’est-ce que j’entends par freelance ?

Être freelance, revient à échanger ses compétence et son temps contre de l’argent. Le freelance est généralement un “homme orchestre”, il doit se charger de chercher des clients, fournir le service proposer, gérer son temps, son argent, ses taxes, les complaintes … La relation freelance/client dure généralement le temps d’un projet et il faut alors se mettre à la recherche de nouveaux projets / clients.

La popularité de la freelance au Japon.

Pourquoi est-ce à mon sens important de se poser la question de la popularité de la freelance au Japon ?
Parce que le Japon est comme vous le savez une société très codifiée, qui fonctionne selon ce que j’appelle un “script” et il vaut mieux suivre le script. 

アメリカでは、全労働人口の約3人に1人がフリーランスとして働いています。数にすれば、5,300万人です。転職でキャリアを積むことが一般的なので、フリーランスとしても活動しやすいのでしょう。

日本では、フリーランスはアメリカほど一般的ではありませんが、それでも約50人に1人がフリーランスで、数にすると127万人です。これからもフリーランス人口は、少子高齢化などの影響によって増えていくといわれています。

Source : https://crowdtech.jp/blog/?p=1889#i-2

En comparaison, au US un tiers de la population active est en freelance contre un cinquantième au Japon. Cela signifie que les infrastructures et les opportunités que l’on trouverait au US, n’existent pas au Japon.

En l’occurrence, quand on décide de devenir freelance au Japon, on se rend compte que peu d’importance est apportée à ce titre. Pour prendre un exemple précis, un freelance aura beaucoup plus de difficultés à obtenir une carte de crédit qu’un salarié. 

Néanmoins, la freelance gagne de plus en plus de popularité auprès des 18 - 35 ans qui souhaitent échapper au modèle traditionnel.

Les différentes formes de freelance au Japon et comment cela change pour s’adapter aux concepts du pays.

Se rendant compte du gain de popularité de la freelance, de plus en plus d’agence voient le jour.
J’ai eu l’occasion de participer a plusieurs séminaires organises par ces entreprises. J’ai pu me rendre compte que le but de ces agences est en fait de proposer aux entreprises japonaises une main d'œuvre flexible et bon marché.
En effet, employer un salarié revient plus cher que d’embaucher un freelance le temps d’un projet.

Ces agences proposent donc de s’occuper de la recherche de clients et s’assurent que vous travaillez en continu, moyennant commission.

Comment faire pour devenir freelance au Japon ? 

La démarche est extrêmement simple. Il suffit de remplir le formulaire 個人事業開業届et le déposer au bureau des impôts. Aucun document spécifique n’est demande et je n’ai même pas eu besoin de justifier mon identité ou même montrer ma carte de résidence. 

Dans mon cas, je suis ce qu’on appelle un “Full Stack Web Developer”. J’ai des compétences en HTML, CSS, JavaScript, jQuery, PHP, WordPress… Ce qui me permet de m’occuper de la création des sites web de mes clients.

Comment trouver du travail, des projets, générer des revenus ? 

Afin de trouver des clients, j’utilise les deux plus grosses plateformes de Crowdsourcing 
https://www.lancers.jp
 et https://crowdworks.jp.
Exclusivement en japonais, car mon objectif est de travailler avec des clients japonais. Sur les plateformes de Crowdsourcing, les propositions de projet y sont nombreuses mais la compétition est rude.
J’ai d’abord commencé par des petits projets pour améliorer ma notation et créer un portfolio. Puis j’ai recruté un Salesman qui se charge de postuler, négocier les prix, me trouver des contrats, etc. De cette façon, je peux libérer plus de mon temps et me concentrer uniquement sur le projet en cours.

Travailler en équipe est la solution la plus rapide pour générer du revenu et conserver du temps libre.

Je pourrais par exemple recruter un développeur qui s’occuperait de la création des sites et alors je pourrais générer des revenus en faisant moins d’effort. Cependant, dans mon cas ce n’est pas nécessaire.

Avantage à travailler en freelance.

L'avantage le plus évident au fait de travailler en freelance est que l'on peut s'organiser et gérer son temps comme on l'entend. Bien entendu, cela demande beaucoup de rigueur car on devient 100 % responsable de ses résultats financier et cela peut représenter beaucoup de pression pour certain.

Mais finalement, quand on s'expatrie, créer son réseau, professionnel et amical est primordial. Au Japon, créer des relations est plus difficile qu'ailleurs, il faut donc redoubler d'efforts et de temps pour y parvenir. Je participe à beaucoup de rencontres et de séminaires, ce qui me permet de rencontrer beaucoup de monde en peu de temps. 

Ensuite, pour travailler en freelance, il est conseillé d'avoir un bon niveau de japonais. Cela permet de communiquer directement avec le client ou avec un prestataire de service. La langue peut sembler être un obstacle insurmontable  mais même s'il est très important de bien parler, comprendre et écrire le japonais, la qualité de votre service reste la priorité. De ce fait, pour démarrer en freelance il vaut mieux avec une bonne expérience dans son industrie pour apporter un maximum de valeur au client.

En conclusion

La freelance ne convient pas à tout le monde et en ce qui concerne le Japon, la question du VISA revient souvent. Après avoir régularisé votre situation et acquis de l'expérience au sein d'une entreprise japonaise, travailler en freelance peut être le moyen de gagner plus, disposer de plus de temps pour networker, vous concentrer sur vos loisirs et vos projets secondaires.